jeudi 20 juillet 2017

L'Etat est une déchirure, une blessure, un antagonisme qui s'aggrave !





Résultat de recherche d'images pour "Caricatures des injustices"
Bientôt le peuple aura la nostalgie explicite du colonialisme avec cet insupportable niquage fraternel 

Ci-dessous une analyse positive et succincte de la situation actuelle au Maroc faite par mon ami Abdeslam Seddiki, précédent ministre de l'emploi et des affaires sociales. Cependant, en parlant de "nous" il omet de préciser ce "nous": Comment réunir des foncs hyper corrompus, des assoiffés de fric jusqu'à l'overdose, des "intello" qui trahissent les travailleurs et les masses populaires depuis 61 ans, comment réunir ces délinquants et ces criminels avec leurs victimes pour former ce "nous" qui n'arrête pas d'imploser en douce et en permanence ? Les travailleurs sont de plus en plus abrutis par une exploitation pire que du temps des colons... Les profiteurs du système se reproduisent... L'école publique a été détruite et l'éducation subordonnée au seul pouvoir de l'argent ! (Je n'arrive pas à admettre cette stupide commercialisation de l'éducation) Si le bled tient c'est pour deux raisons: La monarchie séculaire et le drame chez d'autres peuples "arabes"...


« L’Etat c’est moi » selon une citation attribuée, à tort ou à raison, à Louis XIV. Car plusieurs historiens en contestent l’authenticité et la paternité du jeune Roi ayant accédé au trône à un âge précoce. Il aurait prononcé cette citation devant le parlement le 13 avril 1655. Vraie ou fausse, cette citation m’a inspiré pour parler aujourd’hui de l’Etat marocain, de ses ramifications, de ses composantes et de ses fonctions. Cette réflexion s’impose plus que jamais dans le contexte actuel que traverse le pays dont les événements d’Al Hoceima qui perdurent depuis près de neuf mois ne constituent que la phase visible de l’iceberg.
A suivre de près le déroulement de ces événements, on a l’impression que personne ne veut assumer ses responsabilités par rapport à ce qui se passe sous nos yeux. On se plait à se débarrasser au plus vite de la patate chaude et à considérer que la faute incombe à l’autre tout en veillant à ne pas désigner cet autre avec précision et arguments à l’appui. Le citoyen lambda se retrouve entièrement déboussolé, se perd en conjectures et ne sait plus à quel saint se vouer ! Il se voit victime de la rumeur, de la manipulation, voire de mensonges tout simplement.
Il y a une confusion manifeste des rôles par le fait que l’évolution qu’a connue le Maroc au cours des dernières décennies n’est pas assimilée comme il se doit. Les réflexes du passé tendent à l’emporter sur la réalité présente. Le Maroc d’aujourd’hui continue d’être vu, par d’aucuns, avec des lunettes ayant dépassé la date de péremption et analysé avec des catégories du passé. C’est en réaction à ces réflexes rétrogrades et passéistes qu’il faut aujourd’hui crier haut et fort que « l’Etat c’est Nous ». 
Sachant que nous sommes dans un Etat moderne, ou tout au moins en voie de le devenir, nous sommes tous concernés par ce qui se passe dans notre pays. Nous sommes un Etat fondé sur des instituions clairement définies par la nouvelle constitution approuvée à la quasi-unanimité par le peuple marocain où tous les ingrédients d’un Etat moderne sont réunis : une séparation des pouvoirs, des instances de gouvernance, des droits et obligations des citoyens, du rôle de la société civile et des structures d’intermédiation ….Il convient juste de mettre en musique cet arsenal constitutionnel et institutionnel pour huiler la machine sociale visiblement grippée !!
Ceux qui cherchent aujourd’hui à se dérober de leurs responsabilités pour incriminer l’autre ou à s’en remettre à une autre autorité, considérée déterminante en dernière instance, doivent revenir à la raison. Cette tâche nous incombe tous si on admet que l’Etat c’est nous. L’Etat doit agir à travers l’exercice de la violence légale pour paraphraser Max Weber ( ce qu’il fait avec plus ou moins de réussite) mais surtout en activant les appareils politiques et idéologiques qui semblent malheureusement défaillants et hors service !! Comment donner vie à ces appareils pour les rendre opérationnels et efficaces ? C’est là le fonds du problème. 
En faisant fonctionner dans une certaine harmonie ses «appareils répressifs» et ses « appareils politico-idéologiques », l’Etat parviendrait à résoudre les dysfonctionnements sociétaux et obtenir l’adhésion populaire aux choix stratégiques de la Nation. C’est la voie du salut et de la sagesse autour de laquelle tous les Marocains, animés de sens patriotique doivent se rencontrer. Sans effacer leurs divergences. Car dans les moments difficiles, l’Unité Nationale passe avant toute considération. C’est le seul moyen pour barrer la route aux aventuriers de tout acabit qui cherchent à pousser le Maroc vers le chaos. Mais ils n’y parviendront jamais. 

Abdeslam SEDDIKI

mercredi 19 juillet 2017

Le Maroc importe trois fois plus de tabac que d'alcools

Aucun texte alternatif disponible.
Encore un titre arabophone trompeur: A le lire on croirait que le royaume importe trop d'alcools. Alors que 20 millions d'Euros en 6 mois c'est trop peu pour un grand pays touristique ET SURTOUT CE N'EST QUE LE TIERS DU COÛT DES IMPORTATIONS DE TABAC !

Maroc: Le royaume des sabirines qui regardent les vivants


Résultat de recherche d'images pour "Caricatures de l'injustice économique"Les Sabirines sont une espèce tellement droguée qu'elle accepte une richesse insolente devant sa misère criante !

Plus l'indépendance vieillit, elle a 61 ans, plus une minorité s'enrichit tandis que l'immense majorité s'appauvrit ! Celle-ci, plus ou moins croyante, forme des armées de Sabirines (religieusement patients). Ils sont généralement à l'aise puisqu'il est dit dans le coran qu' Allah "est avec les Sabirines". Les pauvres croient dur comme du roc qu'ils finiront par avoir leur revanche ici bas, sinon -et ce sera beaucoup mieux- dans la seconde et dernière vie, la vie éternelle à laquelle ils n'ont pas le droit de ne pas croire !...

Ces armées de Sabirines se multiplient à vue d’œil dans nos villes et dans nos campagnes: Ils font leurs commerces par terre ou avec des charrettes; ils s'entassent dans des apparts-boîtes-d'allumettes; ils ont des filiales dans l'industrie de la mendicité; ils se comportent comme des Gitans en perfectionnant leurs techniques du vol et de la délinquance; ils produisent des filles et des garçons qui s'exportent bien; ils gardent ou lavent les beaux véhicules des nantis et se contentent de marcher à pieds souvent sans vélo; etc...

Ces Sabirines sont une espèce masochiste qui acceptent de s'enfoncer dans le corps le mythique "Sabre" (patience en arabe et poignard en français) Une homonymie fantastique ! 

lundi 17 juillet 2017

Les Musulmans du tissu sacré sont sur les plages

L’image contient peut-être : une personne ou plus et océan
Sur la plage d'Agadir, l'essentiel demeure le voile...
Quant à la vraie morale, elle met le voile...
La bonne morale, la meilleure morale,
Je l'ai vue sur une plage de nudistes sur la Cote d'Azur où tout le monde était nu comme sortis de leurs mères... J'ai vu de jeunes filles et de jeunes garçons tout nus à côté de leurs parents tout nus les sexes et les seins et les fesses tout nus... 

Pour accéder à cette plage de nudistes, la police m'a obligé à me déshabiller complètement avant d'entrer... J'ai fait un immense effort, à l'aide de ma serviette de bain, pour traverser cette foule de nus et aller cacher ma nudité dans l'eau...

Pendant deux longues heures, je regardais ces nus: La plupart d'entre eux lisaient ou s'occupaient de leurs petits écrans. Aucun n'avait l'air de s'intéresser aux sexes et aux peaux nues... Bref ces nus avaient l'air infiniment plus civilisés que nos mouminines emballés dans du tissu aussi opaque que leur hypocrisie. Ces mouminines et mouminates ne lisent presque jamais: Ils se surveillent les uns les autres... Ces énergumènes sont plus incestueux que les nus sur la plage de France...

Notre actuelle ministre islamiste de la famille a traité les nus d'animaux, des bataillons de nos imams les condamnent à mort ! Dommage que tout ces stupides bornés illuminés ne puissent jamais faire un tour sur une plage de nudistes juste pour tempérer leur jugement ! 

Cependant leurs ouailles qui ne lisent pas n'ont pas envie de savoir, elles ont juste besoin de continuer à croire en un islamisme où le tissu joue un rôle cardinal...

dimanche 16 juillet 2017

Nouveau: Bientôt Marrakech-Tel Aviv A/R pour 600 $



ADEMA, LA BELLE JUIVE DE DEMNATE: Mon roman promis à mes amis sortira courant Septemble prochain (2017) . Je cherche toujours un grand éditeur qui ne soit pas trop trop gourmand (jusqu'à 85% !) . Mon ami d'enfance,  prof à l'Université de Tel Aviv m'a promis de le traduire en hébreu...

Les relations bilatérales entre le Maroc et Israël ont l’air de bien aller.

Elles vont d’ailleurs si bien que Rabat et Tel-Aviv viennent de donner leur «OK» pour la reprise des dessertes aériennes entre les deux pays, 13 années après leur suspension. L’information, rapportée aujourd’hui par le quotidien Al-Quds Al Arabi et confirmée par ailleurs autant du côté marocain que du côté israélien, mentionne que les vols se feront via la Sicile en raison de l’absence pour le moment d’un accord aérien entre le Maroc et Israël.
Le responsable d’une agence de voyages basée à Tel-Aviv indique qu’il sera possible aux citoyens israéliens de rallier Marrakech ou Casablanca à partir de la capitale de l’Etat hébreu dès le mois de mai prochain et que le coût d’un billet a été fixé à 600 dollars. Les dessertes entre les deux pays seront assurées par une compagnie italienne. Cette ligne fonctionnera durant deux mois avec une option de prolongation.
La presse marocaine mentionne que l’idée de rouvrir la desserte Tel-Aviv-Casablanca-Marrakech vient du tour-operator israélien Flying Carpet. «Les vols entre le Maroc et Israël alterneront une semaine vers Casablanca et la suivante vers Marrakech afin de permettre aux touristes de débuter leur séjour dans une ville et de le terminer dans l’autre. Si les résultats sont concluants, le tour-opérateur israélien prévoit d’intensifier les vols entre les deux pays et de faire de Casablanca et de Marrakech des destinations à part entière», révèle un site internet d’information israélien. Certaines sources indiquent que plus de 40 000 Israéliens voyagent chaque année au Maroc pour y faire du tourisme.
Cette reprise des dessertes aériennes entre le Maroc et Israël annonce-t-elle une officialisation des relations qu’entretiennent les deux pays. L’hypothèse n’est pas à exclure. L’information tombe en tout cas au moment où une délégation marocaine composée de journalistes, de médecins et d’activistes des droits de l’Homme revient d’Israël. Cette délégation, écrivent certains médias israéliens, a rencontré des députés de la Knesset.
Officiellement, elle avait pour objectif de participer à la conférence de Matrouz, organisée à Al-Qods. La presse israélienne a cependant insisté sur l’idée que «cette visite s’inscrit dans le cadre d’une politique du Maroc destinée à normaliser ses relations avec Israël». La même source précise à ce propos que «la conférence de Matrouz a pour objectif de raffermir les liens d’amitié entre le Maroc et Israël». A rappeler qu’en novembre 2016, un groupe de journalistes marocains s’était également rendu dans les territoires occupés palestiniens où ils avaient rencontré sur place des responsables israéliens.
Cette visite, rappelle la presse israélienne, a suscité la colère du Mouvement de la résistance islamique du Hamas. Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a soutenu que la réunion de journalistes marocains avec des autorités israéliennes signifiait «une trahison à la nation et aux idéaux palestiniens» qui blessait les sentiments des Arabes, des musulmans et des sympathisants de la cause palestinienne. «La visite de la délégation marocaine dans les territoires occupés palestiniens exhorte Israël à continuer ses crimes et atrocités contre les Palestiniens», a affirmé Fawzi Barhoum.
Source : Khider Cherif pour algeriepatriotique.com

Pourquoi accepter que la Turquie ait des relations y compris de coopération militaire avec Israël et empêcher le Maroc de retrouver des centaines de milliers de ses filles et de ses fils juifs devenus israéliens ?  
NON AU DIKTAT DE L'IMPUISSANTE LIGUE ARABE !
Résultat de recherche d'images pour "Ashdod israel"
Ci-dessus la ville israelienne d'Ashdod construite par les Juifs marocains depuis 1962!

Argent: Les riches existent pour gaspiller Ex Macron/Trump


Sur la planète France quatre personnes dînent pour 160 de nos millions de centimes marocains... Chez nous, au bled semi-désertique personne ne gaspille autant ni même un centième de cela... Car pour ramasser 160 millions il faut qu'un de nos frères musulmans travaille 800 mois non stop soit 67 ans et qu'il fasse un ramadan à perpétuité ! Heureusement qu'on a retardé l'âge de retraite... 67 ans en travaillant dès la sortie du ventre de la mère: Pleurer c'est travailler ! Rire c'est se reposer !

Une vie de larmes pures et de rigolades bio est meilleure que celle qui vous conduit à grimper dans une tour de ferraille et à dîner pour l'équivalent de ce gagnent en un mois plus de cent travailleurs descendants des sans culotte dont on fêtait la Révolution...

La pagaille médiatique dérange nantis et reproducteurs

Résultat de recherche d'images pour "caricature des reproductions sociales"
Donnez-moi un seul fils ou une seule fille de Sidi et de Lalla qui soit artisan et je vous dirai que notre système a un brin de justice...Y en a pas car dans ce bled même un idiot peut devenir grand Sidi décideur et donneur d'ordre, grâce à son papa ou à sa maman ! 

LA SCANDALEUSE ET MALSAINE RÉPARTITION DES RICHESSES NATIONALES, LES ÉCARTS FOUS ENTRE LES REVENUS: voici l'oeuvre des vrais voyous ! 


Une des choses que je reprochais à feu Ali Yata c'est d'être en fin de compte comme tous les autres "leaders" du MouvemenLt National: S'éterniser dans son poste et tenter de se reproduire. Je fus déçu de constater que notre grand camarade scolarisait ses deux fils en France... Lorsqu'ils sont revenus, Ali fera de son flis Nadir Yata, son dauphin. Mais dommage: Nadir mourut d'un cancer du cerveau.. Son autre fils, Fahd Yata, a plutôt boudé le Parti: Cependant il deviendra quelqu'un car quoi qu'on dise, les sidis parvenus se reproduisent.  
Ci-dessous un article de Fahd Yata, sur la situation médiatique actuelle au Maroc. Remarquez que le mot conclusif est "voyous". Fahd omet de dire que ces "voyous" sont des produits d'un système qui s'enfonce dans les injustices les plus diverses et les plus invraissemblables.. 

Il ne fait vraiment pas très bon d’exciper de son appartenance à la presse nationale par les temps qui courent, soit-elle écrite ou électronique…
Et ce n’est pas le nouveau ministre de la Communication, qui brille par un silence assourdissant, qui nous démentira.
En effet, ce que l’on constate, ces dernières semaines, c’est une débauche de scandales, d’affaires, d'événements, qui éclaboussent le champ médiatique, notamment parce qu’il est parcouru par les chevaux-légers de la provocation, de la manipulation, mais aussi du lucre, de l’intox et de la désinformation.
Et chacun pourra parfaitement reconnaître à quelle « famille » il appartient…
Car, comment expliquer, alors que le pays traverse une période sensible, notamment du fait des suites judiciaires de la bronca d’Al Hoceima, que le paysage médiatique soit pollué fortement par des dérives dont, semble-t-il, personne ne connaît l’origine, mais qui ont pour résultat d’abaisser encore un peu plus le niveau d’honorabilité de TOUS les médias ?
La dernière en date, la plus révélatrice du « travail » désormais assigné à certains sites électroniques, est la mise en ligne d’une vidéo de plusieurs minutes destinée à mettre Nasser Zefzafi en situation d’humiliation au moment même où le calme est revenu dans sa ville d’origine et qu’il se retrouve, avec ses principaux lieutenants, devant le Juge d’instruction de la Cour d’Appel de Casablanca.
A qui profite le crime ?
S’il fallait, par ce procédé peu honorable, prouver à l’opinion publique que Zefzafi n’a subi aucune violence physique lors de son interpellation et ses interrogatoires par les services en charge de l’enquête, le résultat est peut-être atteint.
Mais au prix, salé, d’un sentiment d’indignation quasi-général, y compris chez les politiques. Car, on perçoit, à travers de tels débordements, que leurs auteurs n’ont aucun respect pour la dignité et la personne humaines, pour l’Etat de Droit, pour la préservation de l’intégrité physique et morale des détenus.
Ainsi, au lieu d’apaiser l’opinion publique, de prouver aux populations d’Al Hoceima que tout est fait pour un retour à la normale et la satisfaction des revendications socio-économiques, cette vidéo agit comme de l’huile sur le feu !
A moins qu’il ne s’agisse d’une « initiative » émanant de ceux qui veulent faire de Zefzafi l’icône du combat contre le Makhzen…
En l’absence de résultats probants d’une enquête irréprochable et très rapide, chacun pourra énoncer sa théorie et ses convictions, mais le mal aura, de toute façon, été fait.
On précisera quand même que le site qui a mis en ligne cette vidéo, ses accointances connues, indiquent clairement quels sont les milieux, proprement barbouzards, qui en sont les donneurs d’ordre !
Mais cet épisode très trash de la guerre médiatique qui sévit autour d’Al Hoceima, du Hirak et de ses animateurs, n’est malheureusement pas le seul.
On comprend, notamment, que certaines personnes exploitent cette conjoncture pour leurs propres agendas, afin, par exemple, de revenir au-devant de la scène publique, de continuer d’exister, ou encore de se rappeler au bon souvenir des « décideurs d’en haut »…
N’est-ce pas ce qui motive ceux qui, praticiens du Droit depuis de longues années, au passé ministériel même, trahissent par leurs paroles et leurs actes, les principes même de la profession d’avocat ?
Qui, dans nos estimés barreaux, peut ignorer que la défense d’un prévenu interdit de transmettre hors de l’enceinte d’une prison de Marie-Anne Barbat-Layani, FBF: Nous avons avec le GPBM des échanges très constructifs sur les bonnes pratiques
Qui des lauréats des Facultés de Sciences juridiques peut se permettre d’alimenter l’opinion publique en informations tronquées ou inventées au sortir des parloirs ?
Ces derniers jours et semaines, il y a eu non seulement violation de ces règles, mais exploitation médiatique forcenée grâce aux réseaux sociaux où sévissent désormais des individus, le plus souvent sous couvert d’anonymat, engagés dans l’insulte ad hominem et la provocation…
Que nous montrent donc ces Facebook, Twitter et autres Instagram sinon des postures inadmissibles de responsables politiques en train de « faire le coup de poing » pour contester une décision de justice ?
Que vaut la qualité d’un chef de parti politique vieux de plusieurs dizaines d’années, berceau du patriotisme marocain, qui se fait filmer complaisamment en train d’essayer de forcer une haie de policiers en charge de l’application d’une décision de justice, laquelle, comme toutes les autres, est prononcée au nom du Roi ?
Que valent ces « militantes », de gauche, d’extrême-gauche ou de droite, qui feignent l’évanouissement devant les portables des « citoyens-journalistes » afin de prouver urbi et orbi que « la répression du makhzen » est féroce ?
C’est à cela aujourd’hui que se réduit cette information qui plaît tant, qui fait le buzz, qui suscite commentaires, « likes » et autres appréciations.
Outlaws et brigands
Personne ne semble pourtant comprendre combien est grande la manipulation, combien est forte l’intox, mais aussi quels sont ceux qui en profitent, instrumentalisant, chacun pour ses propres objectifs, ces outils de propagande triviale et malhonnête.
Bien sûr, il y a les officines, connues ou moins connues, des portails et sites électroniques, mais qui ne sont soumis à aucun contrôle, n’appliquant aucune déontologie et pour qui l’éthique journalistique, mais également la pratique du métier sont totalement ignorées, bafouées, détournées.
Mais il y a également d’autres « excroissances », qui se nourrissent des ambitions d’hommes politiques ou d’hommes d’affaires (parfois les deux se confondent en une seule personne !).
Celles-là travaillent pour le compte d’autrui, pratiquent le sensationnel, la fausse information, l’enquête bidon, le tout pour glaner quelques milliers (ou millions ?) de dirhams afin de continuer leur sale boulot, hier avec X, aujourd’hui avec Y, demain avec Z, avec comme seul critère de choix, l’importance de la somme engagée.
Une situation de naufrage s’est installée parce que les pouvoirs publics, le ministère de tutelle, les milieux concernés n’ont guère la volonté d’un nettoyage de cette fange qui prospère et salit l’information, la communication, l’image du Maroc, celle de ses dirigeants, mais aussi de ses investisseurs qui s’engagent dans de grands et magnifiques projets à l’échelle d’une région.
Une situation de sinistre général parce que n’importe qui peut s’ériger en fondateur et animateur d’un portail, sans autorisation préalable, sans examen de son passé ou de ses dires, où le journaliste éprouvé peut côtoyer un repris de justice (et pas pour un « délit » de presse !).
Une situation qui exige, enfin, que les grandes réformes promises entrent jeu, afin que la presse, tous supports confondus, bénéficie de structures collégiales et indépendantes à même de garantir le respect des règles minimales de la profession, les principes d’éthique et d’honnêteté sans lesquels le champ médiatique continuera de descendre vers ce cloaque qui le menace et dans lequel se vautrent les voyous !
Fahd YATA

samedi 15 juillet 2017

Chanson du sacré Dirham victime de meutes sauvages

Résultat de recherche d'images pour "anciens billets banque du Maroc"  Résultat de recherche d'images pour "anciens billets banque du Maroc"
Le chéri adoré va bientôt avoir 60 ans et on s'apprête à le loger dans un bain où il apprendra à flotter car au paradis il faut flotter. Flotter dans le ciel d'Eden derrière des essaims de vierges. Flotter sur des fleuves de lait, de miel, de whisky...

Dirham chéri, 
Avec toi on rit
On t'achète des chocolateries
                             à l'épicerie
                            On t'offre des bizarreries
                   On t'amène dans une brasserie
                                       dans une braderie
                                       dans une broderie
         On te cache dans une buanderie
Puis on te met dans une blanchisserie 
On te sort amoindri
                 appauvri
                       ahuri 
                        aigri
      On te cuit dans un bain-marie
Ensuite on sort la grosse artillerie
                               de la Barbarie
         Enfin on te passe dans la scierie
                    Sorti de cette charcuterie
       On te fera flotter ô Dirham chéri

Mais puisque tu es réparti par Satan him self:

                                                  Flotte jusqu'à la mort, terroriste !
                                                                       Crève sale égoïste !
                                                  Disparais odieux individualiste !
                                                                            Va-t-en raciste !
                                               Vide le plancher triste anarchiste !
                                                                      Dehors absolutiste !
                                                                Va au Diable animiste !
                                            Tombe sur des glaive, parachutiste !

Maroc: Le gouvernement veut plus d'enfants pour.quoi faire ? !

Résultat de recherche d'images pour "caricatures de l'autruche"
Vouloir davantage d'enfants dans un bled où la chance d'avoir des parents friqués remplace le mérite, l'effort, l'intelligence et garantit une éducation décente, c'est vouloir augmenter les rangs des victimes du système déjà trop nombreuses ! 
Au contraire, il va falloir stériliser les travailleurs, les paysans et les chômeurs ! Et encourager les seuls riches à procréer !

On dit bien en français :"Quand on est con, on est con !" Je dirais avec la même structure :"Quand on est débile, on est débile !"... Je le dirais à propos de deux mesures actuellement à l'étude dans notre gouvernement:

1) Interdire le clonage des humains;
2) Encourager 800 000 Marocains à avoir des enfants !

La première mesure est, on ne peut plus, débile dans un bled où on manque de 32 000 médecins et de 60 000 infirmiers et où les hôpitaux sont tout sauf des hôpitaux. Parler de clonage c'est plus que faire le clown...

La seconde mesure ressemble à la politique d'une autruche qui a la tête cachée dans le sable et qui bouge son derrière pour appeler les chasseurs ! Car vouloir davantage d'enfants dans un bled où des millions d'enfants sont aux abois, sans école et sans avenir sauf pour une infime minorité friquée, les vouloir c'est être débile et suicidaire ! Sauf si on projette de les exporter pour coloniser l'Europe ou pour peupler le Canada ou l'Australie !

Où va le bled avec mentalité d'esclave dans 95% des cerveaux ?

نشطاء ولجان الحراك الشعبي بالريف يصدرون بيانا موحدا استعدادا لمسيرة 20 يوليوز
Encore une "massira" prévue pour le 20/07/2017 dans le Rif... Ces chleuh Al Iz (Berbères d'honneur) bougeant un peu trop leur tiz, ils continuent donc de déranger notre généreux et honnête et juste et non corrompu Makhzen qui garantit notre existence mektoubienne sur cette planète en forme de couille qui tourne dans le vide... 

En effet, ce n'est pas le Makhzen qu'il faut incriminer mais bel et bien le Mektoub qui habite le crane de tous les bipèdes qui peuplent ce coin du gros continent... Le responsable est aussi notre couple géniteur Adam et Eve qui, à cause d'une pomme nous ont propulsé dans ce dur mais passager enfer !

Regardez vos frères "Chleuh Al Ken" (Berbère du trésor) ! Ils se tiennent carreau dans le Souss même si le Makhzen se moque d'eux et même si leur bled est pillé, et même si des porc-épics d'Arabie prennent leurs filles pour des poupées... Ces Chleuhs ont appris à donner sa divine valeur au fric: Tant qu'il y a le bi3 o chra (achat/vente) on peut dire que tout va bien, que tout ira bien...